Crise sanitaire : l’impact pour les compagnies aériennes

En raison de la crise sanitaire, les compagnies aériennes vont faire en sorte de diminuer les coûts, dans le but de se mettre à flot. Ainsi, l’expérience d’un passager risque d’être fortement impacté et nous allons tout de suite voir de quelle façon.

Une baisse de la demande pour les compagnies aériennes

En effet, les compagnies aériennes constatent aujourd’hui une baisse de la demande, en raison de la crise sanitaire. De ce fait, celles-ci se doivent d’agir, afin d’éviter de perdre de l’argent. Cependant, c’est un processus complexe, car elles sont contraintes de baisser les prix des billets d’avions, dans le but de s’aligner sur les prix de la concurrence. De ce fait, les services proposés par les compagnies aériennes vont être impactés, à commencer par les repas, le choix des sièges ou encore les bagages. Ces différents services pourraient être facturés, afin que celles-ci puissent gagner de l’argent à ce niveau-là. Désormais, cette pratique pourra être mise en place même en classe Affaires, alors qu’elle était à l’origine réservée pour les classes Économiques. Par exemple, British Airways est contraint de faire payer un supplément pour le choix du siège lorsqu’un passager choisit la classe Affaires, hormis si celui-ci dispose d’un statut particulier. Il y a également Finnair, qui a dû prévoir un tarif particulier pour un voyage sans bagage en soute. Cependant, de nombreuses compagnies aériennes vont devoir faire face à de nombreuses requêtes et interrogations, telles qu’une réclamation pour Corsair ou pour British Airways par exemple, car les passagers ne comprendront pas tous ce changement.

Les salons et le service à bord

Mais ce n’est pas tout, il faut savoir que les salons d’aéroports risquent également d’être impactés. Malgré le fait que ceux-ci soient particulièrement appréciés des voyageurs pour la tranquillité avant l’embarquement, les salons d’aéroports vont surement devenir payants, pour les clients régionales et domestiques. En outre, l’accès devrait rester gratuit pour les clients qui sont abonnés ou qui ont des billets flex. Ainsi, grâce à cette mesure, les compagnies aériennes pourraient gagner de l’argent, via la vente d’accès salons à l’unité ou par abonnement. De plus, le service à bord risque lui-aussi d’être fortement impacté par la crise sanitaire. En effet, la classe Affaires pourrait être supprimée, car peu de personnes souhaitent payer pour ce produit. Cependant, vous bénéficierez tout de même d’un service amélioré, si vous êtes en correspondance. Mais, la classe Affaires n’est pas la seule à être menacée. En effet, la Première Classe pourrait être supprimée, suite à son manque de rentabilité. Air France va voir son nombre de sièges diminué, tandis que Qatar Airways n’aura bientôt plus de Première Classe. Vous l’avez donc compris, toutes les compagnies aériennes sont touchées. Enfin, les compagnies aériennes telles que Corsair, Air France ou encore KLM pourraient décider de faire payer le snack et la boisson, qui sont normalement offerts pour chaque vol. Cela pourrait permettre de faire rentrer de l’argent.

Les billets d’avions, en baisse

En outre, malgré l’ensemble de ces hausses de prix, qui sont attendues, il faut savoir que les prix des billets d’avions vont diminuer, ce qui est un avantage positif. En effet, les compagnies aériennes se doivent d’être les plus compétitives possibles, en raison de la baisse de la demande et de la diminution des budgets des voyageurs, qui ont également été impactés par la crise sanitaire de la Covid-19. Certaines compagnies aériennes vont également proposer des extensions de statut, pouvant aller jusqu’à 6 à 12 mois selon la compagnie que vous choisissez. De plus, certaines d’entre elles ont fait le choix de garder les modèles récents, au détriment des modèles anciens. En effet, vous l’avez compris, l’offre générale s’améliore et s’harmonise, notamment chez Air France, avec la sortie du Airbus A380. Celui-ci va permettre de réduire le nombre de vols, grâce à un produit non compétitif.

Laisser une Réponse